Ashankur – Graine d'espoir

Une initiative de Schüller Möbelwerk KG

Manque d’éducation, dur labeur, violence et abus – les femmes rurales indiennes ont généralement un destin difficile. l’aide vient d’ashankur, un projet de la mission jésuite.

Le projet

Offrir un avenir aux femmes

Pour la campagne de dons de Noël de cette année, nous avons choisi un projet en Inde, plus précisément un centre de formation pour femmes à Bhokar, qui est situé au nord de Pune.  Sous le nom de        « Ashankur », qui se traduit par « graine d'espoir », Sœur Daphne a construit pendant de nombreuses années un centre de formation spécialement destiné aux femmes.

« Les femmes indiennes, en particulier dans les zones rurales, ont généralement un destin difficile. Déjà en tant que filles, elles sont négligées, ne reçoivent pas d'éducation scolaire, doivent travailler dur et sont maltraitées. Le problème devient insoluble lorsque le mariage a lieu et que la famille ne peut pas payer la dot. Il y a alors souvent de graves violences ou même des tentatives de meurtre contre les femmes. »

- Sœur Daphne, la directrice - 

Ashankur a déjà touché 7000 femmes de 22 villages

Ce sont les sujets sur lesquels se penche le centre de formation.  Il s'agit de bien plus que de l'éducation et de l'apprentissage d'une profession : il s'agit de l'autonomie et de la reconnaissance de sa propre valeur en tant qu'être humain. Par exemple, le centre organise des groupes d'entraide dans les villages où les femmes se réunissent régulièrement pour discuter de leurs problèmes et rassembler des idées sur la manière d'améliorer la vie quotidienne. Elles sont guidées pour participer activement au développement du village et s'impliquer dans l'administration locale. Grâce à cette approche, le projet a déjà touché 7000 femmes de 22 villages. Sœur Daphne peut définitivement toucher du doigt ces succès : «  Plus de respect pour les femmes, plus d'harmonie dans les familles ainsi qu'une collaboration entre les castes et les religions. De plus en plus de filles sont envoyées à l'écoles. » Cependant, cela entraîne des soucis financiers pour de nombreuses familles, car elles n'ont pratiquement pas d'argent pour l'éducation. C'est une autre raison pour laquelle Ashankur compte sur les dons.

Eléments du projet

L'éducation dans différents secteurs

C'est pour s'opposer à ces conditions de discrimination et d'oppression qu'Ashankur a été fondée. Le centre est un point de contact pour les jeunes filles et les femmes des villages environnants. Elles peuvent y acquérir de nouvelles compétences et connaissances dans un espace protégé. Soutenu par la mission jésuite, le centre propose des formations dans des domaines tels que l'agriculture biologique, la couture, la création de bijoux, la maroquinerie, les soins infirmiers, l'informatique et le droit. Avant tout, une éducation scolaire de base est dispensée. Il s'agit d'une base extrêmement importante, car de nombreuses filles et femmes n'ont pas pu aller à l'école auparavant. Mais l'éducation politique ne doit pas non plus manquer au « programme. »

Aider les gens à s'aider eux-mêmes

Sœur Daphne est une assistante sociale qualifiée et travaille depuis plus de 15 ans avec des femmes dans les zones rurales de l'Inde. Ici, elle travaille principalement avec les Dalits et les Tribus, les soi-disant « intouchables » qui sont exclus du système des castes, ainsi qu'avec les populations indigènes qui sont fortement discriminées. Ces deux groupes de population sont particulièrement touchés par l'exclusion sociale et la pauvreté matérielle des femmes. En effet, les femmes n'ont souvent aucun pouvoir à disposer de leurs propres forces, ressources et atouts - ils sont déterminés de l'extérieur. Leur travail et leurs revenus ne leur appartiennent pas, mais à leur mari ou à leur famille. Elles n'ont pas de compte bancaire, pas de propriété, pas de maison. « Rien ne leur appartient et elles sont donc dépendantes des autres. Les femmes ont tellement intériorisé que leur survie dépend des autres, qu'elles font tout ce qu'on leur demande et ne décident de rien par elles-mêmes. Cela est devenu une partie de l'identité et de l'image de soi qui est souvent transmise aux filles », explique Sœur Daphne.

Finances auto-organisées

Un autre élément important pour les femmes est le thème des finances - l'épargne était un mot étranger pour elles. Dans la communauté de Gujarwadi, cependant, elles ont osé et ont commencé à mettre de côté 50 roupies par membre chaque mois. Cela représente environ 60 centimes. Pour nous, il peut être difficile d'imaginer qu'une si petite somme puisse faire la différence - mais là, elle peut changer la vie des familles pour le meilleur. En effet, les femmes des groupes d'entraide organisent leur propre système de crédit. Les montants sont versés mensuellement à la banque interne, qui consiste en une boîte fermant à clé et un trésorier qui tient un registre précis des recettes et des paiements. Au fil du temps, une somme d'argent considérable a été accumulée, à partir de laquelle les femmes peuvent obtenir des microcrédits. Cela permet, par exemple, d'acheter une vache ou une machine à coudre afin de générer un petit revenu.

 

Améliorations à plusieurs niveaux

Chaque femme a une voix

Les progrès au sein des villages sont également visibles dans de nombreuses autres contextes de vie. Par exemple, l'augmentation de la confiance en soi est un grand atout : auparavant, aucune femme n'aurait osé se rendre seule à la banque ou auprès des autorités. En outre, les femmes sont de plus en plus conscientes de leurs propres droits. Dans un village, par exemple, on a réussi à imposer qu'aucune fille de moins de 18 ans ne puisse être mariée.  Parfois, il ne s'agit que de petits succès, parfois de grandes réussites. Cependant, une chose est toujours la même : ils font la différence pour les femmes locales !

Kavita de Shirasgaon – Grâce au programme, nous avons trouvé le courage d'aller au département service gouvernemental et d'obtenir des informations. Nous n'étions même pas conscients de nos droits jusqu'alors.

Groupe d'entraide d'Ukalgaon – Avant de venir à Ashankur, nous ne savions ni lire ni écrire. Nous ne savions pas comment contacter et traiter avec les autres. Sœur Daphne nous a aidés à vivre notre vie avec plus de courage.

 

Sunita de Brahmangaon –  J'ai appris à parler devant des gens et à exprimer mon opinion grâce à Ashankur. J'ai également pu rencontrer des femmes éduquées - elles m'ont beaucoup impressionnée.

 

Votre aide est également bienvenue

100% DE VOTRE DON VA AU PROJET

Que ce soit pour l'enseignement de base, les formations spéciales ou le financement de microcrédits, Ashankur est tributaire d'une aide financière. Si vous souhaitez soutenir la campagne de dons Schüller de cette année en collaboration avec la mission jésuite, vous pouvez être sûr que votre aide ira exactement là où elle est nécessaire - directement auprès des filles et des femmes sur place en Inde.

Vous souhaitez participer financièrement ? Dans ce cas, nous vous prions de considérer de faire un don sur le compte suivant :

 

Jesuitenmission

Motif paiement :
X36433 Projekt Schüller Möbelwerk KG

ALLEMAGNE
Spendenkonto Liga Bank
IBAN: DE61 7509 0300 0005 1155 82
BIC: GENO DEF1 M05

AUTRICHE
Erste Bank der österreichischen Sparkassen AG
IBAN: AT94 2011 1822 5344 0000
BIC: GIBA ATWW XXX

Veuillez indiquer votre adresse complète lorsque vous effectuez le transfert afin que nous puissions vous envoyer un reçu de don. Merci !